A la découverte de la Dominique

Weekend-Dominique-Header

Hello!

La semaine dernière, Alexia et moi avons profité du weekend prolongé pour voyager dans la Caraïbe. Destination : la Dominique, une île de 750 km² (soit plus petite de 100km² que la Basse Terre, et de 400km² que la Martinique) enclavée entre l’archipel guadeloupéen et la Martinique. Après un passé colonial tumultueux fait de colonisations successives de la part des Français et Anglais, l’île devient en 1978 une république démocratique indépendante, membre du Commonwealth. On y parle l’anglais, et le créole dominicais, une sorte de mélange entre créole français et langue anglaise. La monnaie y est le Dollar des Caraïbes orientales, ou East-Carribean dollar, et dont le cours oscille aux alentours de 1 € pour 3,4 $EC.

L’île étant bien desservie par la mer au travers des compagnies Express des Iles et Jeans For Freedom (qui sont en réalité détenues par les mêmes actionnaires, et donc virtuellement concurrentes), je suis arrivé mercredi soir au port de Roseau, la capitale dominicaise. Suivant les conseils prodigués sur internet, j’ai rempli pendant le voyage mon formulaire d’entrée sur le territoire, et j’ai réussi à sortir du ferry dès l’ouverture des portes pour ne pas perdre trop de temps à l’immigration et aux douanes. Une fois dans Roseau, la nuit tombant et ayant peur de ne pas trouver de transport jusqu’au guesthouse situé plus au Nord sur la côte Ouest, dans le village de Salisbury, je me suis laissé rabattre vers un taxi, qui n’a pas hésité à faire banquer la course une trentaine d’euros…

Niveau hébergement, nous avons pris toutes nos nuits à East Carib Dive/Chez la Doudou, un club de plongée/bar resto/guesthouse sur la plage de Salisbury tenu par Béatrice et Harald, un couple franco-allemand. Que du plus de ce côté là : facile d’accès, bonne ambiance, chambre spacieuse et clean, petit déj’ sur la plage, tarifs sympas. Leur site internet regorge d’infos pratiques pour arriver serein en Dominique.

Le lendemain matin, je suis retourné à la gare maritime de Roseau pour accueillir Alexia, qui arrivait depuis la Martinique.  Cela a été la première occasion de tester les transports en commun locaux, les « shuttles », qui sont une sorte de taxis collectifs. Opérant sous la forme de minivans de 9 à 12 places, ils sont repérables à la lettre H de leur plaque minéralogique, et ramassent et déposent à la demande les voyageurs le long de lignes définies pour un prix oscillant autour de 5 $EC par course. A Roseau, il existe pas moins d’une quinzaine d’arrêts de bus, chacun spécifique à une destination, et tous précisés sur Google Maps. Après un jus frais au Cocorico Café, en face du débarcadère, nous avons pris un taxico pour Soufrière, tout à fait au Sud de l’île, et sommes allés nous promener jusqu’à la péninsule de Scotts Head.  Le site faisant partie de la réserve marine Soufrière-Scotts Head, nous y sommes restés pour faire un peu de PMT (palmes-masque-tuba).

Alexia : Et c’était chouette, il faut quand même le dire! Personnellement, en comparaison de ce que je vois en Martinique, les poissons sont plus gros, et plus diversifiés, pour moi ça ne fait pas photo. Il parait que ce n’est pas spécialement grâce à une pêche et un tourisme plus durable, mais surtout parce que la population est moins importante et fait donc moins pression sur la ressource. Ce que je veux bien croire…

Au deuxième jour, nous avons rejoint Portsmouth, la grande ville du Nord, afin de rencontrer Shahir, un chouette couchsurfer originaire du Texas. Il nous a conduits à bord d’un hobie cat jusqu’à une plage inaccessible autrement que par la mer, où nous avons passé la matinée à PMT et à papoter, puis il nous a conduits dans un bouiboui où nous avons pu goûter à de la nourriture locale pour trois fois rien, avant de partir marcher un peu sur les hauteurs et se baigner en rivière. Le soir, en rentrant à Salisbury, nous sommes passés par le village et avons fait un arrêt au « Bobot’s bar and snack » pour y manger « the best chicken barbecue in the world », selon l’avis de l’un des clients rencontrés le soir de mon arrivée. Il faut avouer que la cuisse de poulet marinée en question a tenu ses promesses, et ce pour 10 $EC.

Alexia : J’aime, la balade en mini catamaran et les discussions politiques et culturelles. J’aime un peu moins, l’eau glacée de la rivière mais c’était cool quand même.

Le troisième jour, nous sommes retournés sur Roseau et avons pris un petit déjeuner conséquent au Cocorico Café avant d’aller louer une voiture pour l’après-midi et le lendemain matin. Nous avons pris un 4×4 Suzuki Escudo chez Courtesy Car Rentals, au service irréprochable malgré un prix assez élevé, de l’ordre d’une soixantaine de $US pour 24h, auquel il aura fallu rajouter la conversion du permis français d’Alexia en permis dominicais pour 12$US. La location vaut cela dit le coup, ne serait-ce que pour le dépaysement de la conduite à gauche d’un véhicule automatique dans des conditions tout-terrain. Nous en avons profité pour aller trainer du côté de Trafalgar Falls et de ses sources d’eaux chaudes, mais aussi Emerald Pool, tous deux assez fréquentés. Nous sommes également passés de l’autre côté de l’île, jusqu’à Rosalie, beaucoup plus sauvage de par le relief et la violence de la côte Atlantique.

Alexia : Tu pourrais au moins dire que le Cocorico café m’a servi un espèce de pain perdu avec du sirop de canne à tomber que je conseille! ET que j’ai conduit comme un chef, alors que c’était ma première fois dans toutes les catégories. Les Trafalgar falls sont superbes, c’est une sortie à faire, même si c’est vrai que notre bain à la jonction des eaux chaudes et froides a été un peu gâché par la foule. Emerald pool est très joli aussi, mais il y avait là vraiment trop de monde pour se baigner…

Le lendemain dimanche, nous avons continué en allant le matin à Wotten Waven Sulphur Springs et ses sources soufrées (les bains ne sont apparemment pas inclus dans le pass des sites d’intérêt de l’écotourisme dominicais) et Titou Gorge (qui était tout boueux des pluies de la nuit, et donc pas top pour nager). De retour à midi à Roseau pour rendre la voiture, nous avons ensuite attendu pour l’embarquement des ferrys de retour. Tout d’abord celui d’Alexia, puis le mien, avec une queue pour le paiement de la taxe de sortie de territoire, l’enregistrement, le contrôle de l’immigration, et enfin  les contrôles de sécurité avec vérification des sacs. Sans oublier un retard de deux heures sur l’horaire à cause du zèle de l’immigration dominicaise, qui n’avait pas fini le contrôle des voyageurs alors que le bateau était déjà à quai et prêt à partir.

Alexia: Titou gorge a quand même l’air vraiment chouette, dommage qu’il avait plu…

Niveau ambiance, la Dominique reflète une créolitude différente de celle rencontrée en Guadeloupe, peut être plus marquée par le catholicisme et le rastafarisme. Le mélange entre panneaux de circulation à la mode british, publicités de peintres en lettres et maisons colorées, le tout sur un fond de musique reggae, reggaeton, zouk, voire bouyon (même si les morceaux du groupe Kassav’ semblent mettre tout le monde d’accord), participent au dépaysement. Les locaux sont très accessibles, agréables et serviables, mais peuvent devenir un peu pénibles lorsque la discussion s’oriente vers le business (« Hé mon ami! Tu aimes le coin? Tu as besoin d’un guide pour monter au Boiling Lake? »). Tout est monnayable par l’étranger. Cela dit, des français croisés à Scotts Head nous ont par exemple recommandé les sorties en mer avec les pêcheurs pour l’observation de cétacés… tout dépend donc des personnes, et plus d’une fois nous aurons demandé notre chemin aux locaux qui nous auront très gentiment aidé. Même, a contrario, des locaux seront venus spontanément vers nous en nous voyant perdus pour nous aider.

En conclusion, si je devais comparer, jusque là j’ai ma préférence pour la Basse Terre, mais je pense qu’il y a moyen d’être vraiment tranquille en Dominique, surtout sur la côte Est. Cela dit, il faudrait rester bien plus que 4 jours pour profiter au mieux du pays, de ses activités et de ses habitants… On fait ce qu’on peut, hein! 🙂

Alexia : Et moi si je dois comparer, je crois que je préfère la Dominique à la Martinique, car plus colorée, beaucoup moins urbanisée et donc beaucoup mieux préservée et plus belle. Mais ça reste un point de vue principalement touristique parce que je ne me verrais vivre sur aucune d’elles. Quant à la Guadeloupe, je la placerais, pour ce que j’en ai vu, entre les deux dans mon classement. Mais c’est vrai qu’il aurait fallu plus de 4 jours pour se faire une vrai idée.

Hop, pour finir des photos et vidéos.

Sinon, plus que deux grosses semaines en Guadeloupe ! D’ici là, prenez soin de vous !

Bisous 🙂

Weekend-Dominique-01

Petit déj’ sur la plage

Weekend-Dominique-02

Vue sur la côte Sud Ouest – au fond on aperçoit Scotts Head

Weekend-Dominique-03

Vue sur la côte Sud Ouest depuis Scotts Head – au fond le village de Soufrière

Weekend-Dominique-04

Scotts Head village

Weekend-Dominique-05

Soufrière Bay et son tombant

Weekend-Dominique-06

Publicités à Soufrière

Weekend-Dominique-07

Coucher de soleil sur la plage de Salisbury et le bateau de East Carib Dive

Weekend-Dominique-08

Un vieil iguane à Portsmouth

Weekend-Dominique-09

Shahir à la barre sur Pince Rupert Bay – au fond, le Cabrits National Park

Weekend-Dominique-10

Alex très à l’aise en navigation

Weekend-Dominique-11

Un vieux hobie cat

Weekend-Dominique-12

Secret beach

Weekend-Dominique-13

Secret beach

Weekend-Dominique-14

Blabla le cul dans l’eau

Weekend-Dominique-15

Au fond, le Sud de la Basse Terre

Weekend-Dominique-16

Jardin créole : bananes et papayes

Weekend-Dominique-17

Un taxico visiblement importé d’Asie

Weekend-Dominique-18

Trafalgar Falls

Weekend-Dominique-19

Trafalgar Falls

Weekend-Dominique-20

Trafalgar Falls

Weekend-Dominique-21

Le cours d’eau en aval d’Emerald Pool

Weekend-Dominique-22

Un panneau du Waitukubuli Trail, chemin de randonnée parcourant toute l’île

Weekend-Dominique-23

La chute d’eau d’Emerald Pool

Weekend-Dominique-24

A Rosalie

Weekend-Dominique-25

A Rosalie

Weekend-Dominique-26

A Rosalie

Weekend-Dominique-27

A Rosalie

Weekend-Dominique-28

A Rosalie

Weekend-Dominique-29

Un lézard exhibant son fanon gulaire

Weekend-Dominique-30

4×4 like a boss

Weekend-Dominique-31

Saint Joseph

Weekend-Dominique-32

Glace à Saint Joseph

Weekend-Dominique-33

Résurgence soufrée à Wotten Waven

Weekend-Dominique-34

Au final on se contentera d’un bain de pieds tiède…

Weekend-Dominique-35

Une canalisation hydroélectrique en bois à Titou Gorge… du sacré travail de tonnelier

Weekend-Dominique-36

Publicités peintes à Roseau

Weekend-Dominique-37

Publicités peintes à Roseau… pour la Kubuli, la bière dominicaise pas mauvaise du tout

Weekend-Dominique-38

L’Express des Iles

Mangoustan

« Surnommé « Roi des fruits tropicaux », le mangoustan serait le fruit parfait. Sa saveur est absolument et indescriptiblement délicieuse… […] Le fruit, rond mais légèrement aplati à chaque extrémité, est recouvert d’une écorce liégeuse épaisse et lisse de couleur vert-pâle à jaune virant au pourpre violacé à maturité. L’intérieur du fruit est composé de 6 à 8 quartiers blancs, se détachant comme ceux d’une mandarine, on y retrouve une à plusieurs graines. […] Sa chair est fondante et d’excellente qualité. Le fruit est le plus souvent consommé tel quel, mais il peut aussi être conservé dans un sirop de sucre, transformée en gelée ou en confiture. L’écorce de l’arbre, riche en tanins, serait efficace contre les dysenteries amibiennes. On lui reconnaît des propriétés anti-inflammatoires. Il permettrait aussi de faire baisser le taux de corps gras dans le sang. Son bois noir, lourd et résistant, est apprécié en ébénisterie. « 

Le Bellec, F., Renard, V. (2002) Le grand livre des fruits tropicaux
Editions Orphie / CIRAD

 

Liste de qualités et de défauts

Bonjour!

Dans cet article, il sera question de vous donner un coup de main si vous avez à passer des entretiens de motivation ou d’embauche. Dans la mesure où vous aurez très probablement droit à la sempiternelle question-type « citez-moi trois de vos qualités et trois de vos défauts », autant vous y préparer.

Pour cela, rien mieux qu’une bonne grosse dose d’adjectifs en tant que base de travail ! Face au foisonnement des listings sur internet, je vous propose ici de télécharger une compilation de ces adjectifs, au nombre de 505 en date de la troisième révision de ce document, regroupés dans un tout petit PDF, histoire de les avoir toujours sur soi pour s’autoévaluer à tout moment.

Cliquez ici pour télécharger le document (format PDF – 31ko)

Merci pour votre visite! Vous êtes toujours aussi nombreux à vous servir de cet outil. N’hésitez pas à me fournir des retours en me laissant un petit mot dans les commentaires, ou en me rejoignant sur ma page Facebook !

Mises à jour :

  • 30/09/2012 : je suis ravi de constater que ce billet est très consulté, et semble rendre bien des services à un grand nombre de personnes. Faisant suite à vos retours, je viens de mettre en ligne une révision du document.
  • 04/08/2013 : mise en ligne d’une troisième révision de ce document, comprenant un total de 505 d’adjectifs, mais aussi une nouvelle catégorie pour les adjectifs dont l’appartenance aux qualités ou aux défauts n’est pas indépendante du contexte.

Distillerie Longueteau

Distillerie_Longueteau-01

Distillerie_Longueteau-02

Distillerie_Longueteau-03

Distillerie_Longueteau-04

Distillerie_Longueteau-05

Distillerie_Longueteau-06

Distillerie_Longueteau-07

Distillerie_Longueteau-08

Distillerie_Longueteau-09

Distillerie_Longueteau-10

Distillerie_Longueteau-11

Distillerie_Longueteau-12

%d blogueurs aiment cette page :