Frénésie de pièges photographiques : BST886-4G

Hello !

Je passe en coup de vent pour consigner des notes de test de la caméra BST886-4G en provenance directe du fabricant BSTCAM (Shenzhen Qin Rui Technology Co., Ltd.), qui pourraient être utiles à d’autres amateurs. Comme d’habitude chez ces fournisseurs chinois, c’est moins le matériel que le manque d’informations pour le faire fonctionner correctement qui pêche. Du coup, en complément du manuel d’utilisation, voici de quoi aider au paramétrage et à l’utilisation de cette caméra.

Mais tout d’abord, je ne peux résister à l’idée de vous diffuser cette petite vidéo d’introduction, particulièrement pour son accompagnement musical :

[insérer ici du jazz d’ascenseur]

En plus du manuel d’utilisation (lien vers le fichier .pdf sur le site du constructeur | fichier .pdf autohébergé), voilà ce que je peux noter concernant la BST886-4G :

Formatting is love, formatting is life : de manière générale, les pièges photographiques semblent assez sensibles aux corruptions sur les systèmes de fichiers des cartes SD, et cette caméra n’échappe pas à la règle. Du coup : ça plante sans raison ? Un formatage et ça repart ! Et si ça ne repart part, essayer avec une autre carte mémoire, éventuellement de classe différente, peut être une bonne idée.

Pilotage par SMS : cette BST886-4G a pour gros avantage de pousser très loin le système de commande par texto. Là où d’autres caméras utilisent les textos pour échanger des informations sommaires et être déclenchées à distance, la BST886-4G peut être entièrement paramétrée par ce biais. Du coup, à moins d’un plantage, pas besoin de faire le déplacement pour la retirer de son perchoir et en modifier les réglages. Les codes sont relativement bien expliqués dans le manuel, mais pour faciliter la chose le constructeur a pensé à tout, et propose une application smartphone qui s’occupe d’enregistrer les numéros de SIM de différentes caméras, et d’encoder en texte les paramètres sélectionnés dans des menus avant d’envoyer les commandes. De fait, la manière la plus facile de paramétrer cette caméra est encore de télécharger l’application du constructeur.

Pour Android : lien vers le fichier .apk sur le serveur BSTCAM | fichier .apk autohébergé
Pour iPhone : lien vers Apple Store

Pour que les commandes texte fonctionnent, il faut cependant que le numéro de l’administrateur soit paramétré, et cette procédure n’est pas correctement documentée dans le manuel. Le plus simple pour cela, une fois une SIM fonctionnelle en place et la caméra sur ON, est de démarrer l’application, créér une caméra (pour laquelle on indiquera le numéro de téléphone de la SIM), puis on ira dans le menu « Advanced settings » et « Set Master’s Number ». On entre le numéro de téléphone maître, au format standard 06xxxxxxxx, et on indique le mot de passe 6868 (ouais c’est étrange mais c’est comme ça). Si ça fonctionne, après l’envoi de la commande texte, la caméra devrait renvoyer une réponse sympa accusant réception de l’identifiant du maître, et il devrait être possible de faire tous les réglages depuis l’application.

A noter que lorsque la caméra est en batterie faible (approx. 4,5V ou 30%), la fonction de commande par SMS est automatiquement désactivée. Il faut alors la réactiver manuellement pour pouvoir reprendre la main à distance sur la machine.

Les instructions pour cette procédure sont exposées en anglais dans la vidéo ci-dessous :

Timelapse : pour les amateurs de séries de photos, indiquer un délai de timelapse dans les paramètres déclenche bien la prise de photos selon les paramètres souhaités. Au cas où les photos soient bien prises (présentes sur la carte SD) mais non envoyées ni par mail, ni par MMS, ni par FTP, on vérifiera que la limite du nombre de photos envoyées est bien réglée sur Unlimited.

Working hours : cette caméra dispose d’un système de planification des horaires d’allumage fonctionnel – si je précise, c’est que ça n’est pas le cas sur toutes les caméras qui le mettent en avant. Avec un essai réalisé à 17h30 pour une période de working hours entre 17h35 et 17h50 en mode timelapse 5 minutes, la caméra a bien démarré à l’heure prévue et pris ses photos à intervalle réguliers avant d’envoyer la dernière à 17h45.

Dimensions des photos : cette caméra procède à l’acquisition des images selon, au choix, trois résolutions différentes, et les images sont enregistrées en plein format sur la carte SD. Lors de l’envoi des images cependant, il existe trois options de taille (low, normal, high), qui permettent de faire varier la résolution des images transmises. Cette résolution n’étant pas précisée dans le manuel, le tableau ci-dessous précise les dimensions des images reçues.

8M14M32M
low320 x 240320 x 240320 x 240
normal800 x 600800 x 600800 x 600
high1600 x 12004320 x 32407000 x 5252

Transmission des clichés: lors de l’envoi des photos par le protocole SMTP, on prendra soin de bien définir le protocole de sécurité utilisé par le serveur mail. Si le paramétrage est fait « à l’ancienne » par le biais du fichier de configuration à déposer sur la carte mémoire dans ./GSM/BST886.txt, le champ SSH est à laisser vide si utilisation du port 25, à remplir avec 1 si utilisation du port 465 (SSL), et par 2 si utilisation du port 587 (TLS). A noter sur mes adresses mail de test Gmail qu’il semblerait que les options SSL que l’on peut transmettre à partir de l’application ne permette pas de de paramétrer correctement une adresse Gmail ; il faut alors passer manuellement une commande texto qui remette l’option SSL nulle par défaut, du coup à la place d’une commande de type #s#adressemaio@gmail.com#motdepassegmail#465#nomdel'APN#smtp.gmail.com###1# il faut mettre un #s#adressemaio@gmail.com#motdepassegmail#465#nomdel'APN#smtp.gmail.com#### car retirer l’option 1 pour la sécurité remet la valeur par défaut qui semble fonctionner. A noter également que le nombre de photos envoyées par mail sera égal au nombre de photos dans le photo burst ; autrement dit avec un burst à 4, lors d’un déclenchement (par le détecteur de mouvement, par commande SMS ou par le délai timelapse), 4 photos seront prises et transmises dans un seul mail ; problème par rapport à ça : si le poids des pièces jointes est trop élevé le mail ne partira pas, et je n’ai pas identifié si le seuil est codé en dur dans le firmware ou lié à la boîte mail ; dans mon cas il faut alors régler l’option de taille en « normal » pour qu’un burst à 6 photos passe par exemple. Pas de SFTP : le protocole est seulement accessible dans la version OEM de la caméra, désolé 🙂

Essais de capture vidéo : réalisés en mode timelapse 5 min, avec un format VGA, et 5 secondes de capture ; je note que quand on passe une commande texto #T#E#, la nature de la capture dépendra du mode d’utilisation en cours. Du coup, si la caméra est paramétrée en mode photo, on recevra une photo, et une vidéo en mode vidéo. A noter que l’email transmis suite à la capture vidéo ne fournit pas d’information sur le niveau de charge restant. Également, la vidéo produite contient une incrustation de l’heure.

Mesure de température : on pourrait se dire que la température affichée sur les photos n’est pas bonne, mais après un essai rapide d’une demi-journée à l’ombre, on constate que la température fournie est assez précise et relativement peu biaisée (R² = 0,91 et erreur moyenne = -0,1°C sur 30 points sur une plage entre 14 et 34°C). D’ailleurs, on aurait bien aimé que cette valeur soit transmise au format texte dans le mail de réponse !

Le mercure contre l’électronique, le choc des titans

Alimentation et autonomie : il est précisé dans le manuel qu’il est possible d’alimenter la machine avec 8 ou 12 piles AA, cependant il n’est pas indiqué comment placer les 8 piles dans le compartiment pour que ça fonctionne. Heureusement, cette information est fournie indirectement par le constructeur dans la vidéo YouTube de présentation de l’application de paramétrage : les 8 piles doivent être placées du côté gauche du compartiment, 4 en partie haute, et 4 en partie basse. Les 12 piles seraient en réalité réparties en trois blocs de 4, ce qui ferait alors trois blocs de 6V montés en parallèle (nota : en pratique, la caméra démarre aussi sur un seul bloc soit 4 piles, mais je ne donne pas cher côté autonomie). On comprend alors pourquoi le fabricant ne recommande pas l’utilisation de piles rechargeables, qui sont généralement à une tension nominale de 1,2V, ce qui monterait alors la tension de chaque bloc à 4,8V. Concernant la tension en entrée, le manuel stipule que la caméra peut fonctionner dans un intervalle de 5 à 12V DC ; on comprend alors pourquoi des blocs de 4,8V seraient insuffisants. Concernant l’autonomie : le stand-by current annoncé est de < 0,2 mA soit < 6 mAh/jour. Avec 8 piles AA alcaline de merde (marque premier prix Casino), j’ai commencé mes essais sur un jeu de batteries fraîches le 07/04 vers 15h30. Et jusque là, même si on n’est pas sur la durée et que les conditions climatiques sont clémentes, je dois dire que ça me semble plutôt pas mal tenir le coup sur la quantité, avec au moins 370 photos envoyées pour un total de ~870 Mo, et des photos de nuit avec le flash IR activé. A noter sur le graphique un petit rebond de voltage des piles lorsque j’ai basculé d’un mode timelapse 5 minutes à 30 minutes, ce qui semble avoir eu pour effet de soulager les batteries.

A voir donc sur la durée, avec des piles hautes performances, et une douzaine d’entre elles, mais à termes je serais intéressé par expérimenter avec des blocs batterie reconfigurés et améliorés pour une utilisation d’accus. On peut par exemple envisager de recâbler en deux blocs de 6 emplacements soit deux packs de 1,2 x 6 = 7,2V. C’est un bricolage qui me semble d’autant plus facile que la barrette du compartiment piles peut être dévissée facilement.

Sur la barrette de brassage des blocs piles, on identifie bien les ponts qui composent les circuits des trois blocs

Mise à jour du 29/05/22 : Toujours sur la partie alimentation, j’ai acheté des piles rechargeables NiMh (du basique, hein, genre Amazon Basics 2400 mAh), mais malheureusement et comme attendu, leur voltage plus faible a fait que la caméra s’est assez rapidement mise en mode hors batterie.

Du coup, pour le fun et essayer, je me suis procuré sur Aliexpress (via l’un des distributeurs des infâmes caméras Suntek) un petit panneau solaire spécial caméra de chasse, qui est en fait un boitier intégrant à la fois une batterie lithium et un petit panneau solaire pour la tenir chargée. Je l’ai trouvé pour ~17€ frais de port inclus, et plutôt bien emballé avec tous les accessoires de fixation qui vont bien. Mais en voulant commander un deuxième exemplaire de la même référence il avait augmenté à plus de 30€. J’ai trouvé quelque chose qui semble très similaire, si ce n’est identique, sur une autre boutique (qui semble aussi être un des distributeurs Suntek), pour un prix équivalent à ma première commande ; je suppose donc qu’il y a un système de promotions tournantes sur cet article.

Bref, pour me faire une idée, j’ai installé ça en situation réelle, sur un setup surveillant l’accès à un terrain isolé, et jusque là ça me semble plutôt satisfaisant : après une semaine avec une dizaine d’envois d’e-mails par jour, le niveau de batterie affiché par la caméra est en permanence à 100%, ce qui veut dire que la charge fournie par le panneau (d’une taille assez toute limitée et installé dans un arbre donc suboptimal question exposition) est suffisante pour compenser la consommation de la caméra. Pour référence, en étant branchée sur une alimentation secteur mesurée à 12,05V de tension, l’affichage est à 70%. J’avais aussi un peu peur qu’en ayant la caméra branchée pour le setup, et devant a débrancher pour refermer le boîtier pour la rebrancher, ça mettrait en l’air la configuration, mais on dirait que ça fonctionne plutôt bien que de brancher la caméra à l’alimentation électrique alors qu’elle est en mode ON sans passer par le basculement de l’interrupteur en mode SETUP. Cela étant dit, je n’ai pas poussé la caméra à la consommation : je pourrais pousser l’acquisition de photos en activant le timelapse 5 minutes histoire de voir si ça tient le coup, mais meh, la flemme 🙂

Mise à jour du 31/05/22 : bon bah la batterie vient de rendre l’âme sans crier gare, comme quoi ça ne chargeait peut être pas aussi bien que ça 🙂 Affaire à suivre.

Voilà dans l’ensemble. Je complèterai cet article en fonction.

A plus !

J.

Lavarenne et al., 2019 is out !

Dix jours à Fès

Hello !

Profitant des liaisons sympathiques proposées par Ryanair au départ de l’aéroport Marseille Provence, nous sommes partis avec Cécile une dizaine de jours à Fès. Cela faisait longtemps que j’avais envie de mettre les pieds dans ce pays ; voilà chose faite, même s’il suffit de regarder une carte pour se rendre compte de la grande diversité de paysages que peut offrir le Maroc, et ainsi comprendre qu’un séjour dans une seule ville ne peut en aucun cas être représentatif d’un pays si étendu.

Fès, donc, et ses 1,1 million d’habitants séparés entre ville nouvelle et médina. Etalée à flanc de colline(s), cette dernière alias Fès El-bali, possède une myriade de ruelles dont le cheminement en montées et descente constitue le plus grand ensemble piétonnier au monde et contribue au côté labyrinthique du lieu (voir la vidéo en toute fin d’article). Ses commerçants, habitués aux touristes, n’ont pas peut d’attirer le chaland en plusieurs langues et invitent volontiers le badaud à visiter une échoppe « pour le plaisir des yeux ». Ses boutiques et ateliers qui débordent sur la rue, quand la rue n’est pas elle même un souk – au sens premier du terme. On dit qu’il faut se perdre dans la médina pour mieux la découvrir, quitte à se faire montrer le chemin par les commerçants ou les enfants contre quelques dirhams. C’est ce qu’il nous est arrivé dès le début de notre séjour, et de nous faire spontanément « guider » par un local de l’étape qui n’a pas hésité à demander – de manière assez déplaisante – une somme déraisonnable pour le service rendu. Une expérience désagréable qui nous a par la suite incité à perdre un peu en contemplation, et nous cantonner aux ruelles passantes telles que décrites dans les circuits de découverte de la ville. Un petit jeu de piste rigolo, d’ailleurs, consiste à repérer dans l’environnement visuellement surchargé les panneaux de couleur spécifiques aux différents circuits, avant d’essayer de suivre la direction approximativement indiquée. Idem pour des encadrés d’interprétation placardés sur les façades de certaines mosquées, caravansérails et autres haut-lieux du patrimoine, noyés dans l’agitation de la vieille ville. Ce qui est dommage, car la cité est très ancienne et chargée d’histoire, cependant cette dernière semble difficilement accessible, quelquefois pour des raisons religieuses (un certain nombre de points d’intérêt comme l’université Al Quaraouiyine sont interdits d’accès aux non-musulmans), mais aussi de par l’effort nécessaire en termes d’orientation dans cette fourmilière. Les toits-terrasses des cafés (coucou, le Café Clock) sont autant de lieux permettant de se couper du tohu-bohu de la rue et d’apprécier de voir la ville du dessus – et même de l’entendre, pour peu que l’on y soit à l’heure de l’appel à la prière (de loin le truc le plus perturbant du séjour). Et aussi de profiter de ce que la cuisine marocaine a à nous offrir !

Parce qu’il faut bien admettre que ces gens là, en plus d’avoir un climat scandaleusement favorable à toute une tripotée de fruits et de légumes, et un passé riche de caravanes chargées d’épices à ras-le-chameau, savent cuisiner (en se passant très bien de porc, avant que vous ne posiez la question). Entre les oliveraies et autres vergers à perte de vue, et la profusion de fruits et légumes frais sur les étals des marchés (j’ai été bluffé par celui de Sefrou, un peu au sud en se rapprochant des contreforts du Moyen Atlas, une vraie corne d’abondance en regard de la taille assez modeste de la ville), les yéma marocaines doivent probablement avoir à longueur d’année de quoi cuisiner tout ce qu’elles veulent. Et nous, ce qu’on voulait lors du cours de cuisine que m’a offert Cécile pour mon anniversaire, c’était un tajine d’agneau aux pruneaux et aux amandes 🙂

Vous l’aurez compris, et au contraire de nos dernières escapades, on était sur place aussi et surtout pour se reposer. Au delà de bonnes grasses matinées et de dodo tôt (plus quelques films « maghrebisants » en streaming pour rester dans l’ambiance), on a donc beaucoup flâné et on a essayé de se mettre le moins de pression possible. Il y a autour de la médina de Fès quelques endroits où il n’est pas désagréable de flâner ou de se poser pour observer les gens, comme le jardin Jnan Sbil, la place Boujloud ou l’esplanade du palais royal Dar el-Makhzen. Nous avons été nous promener par le train jusqu’à Meknès, où la place El Hedim semble jouer le rôle de forum pour les locaux (et où se tient dans les ruelles environnantes un marché hebdomadaire très animé), et par des grands taxis jusqu’à Sefrou et Ifrane, respectivement une petite ville agricole fort sympathique où nous avons embauché Zacharia pour nous guider (un « ancien hippie », comme il a aimé se décrire, agréable et plein d’anecdotes), et une station climatique supposément fréquentée par les marocains aisés (la « petite Suisse » du Maroc) mais léthargique lors de notre venue. Dans la lignée des promenades et de la détente, nous ne pouvions pas repartir sans avoir fait un tour dans un hammam. La mixité n’étant pas particulièrement de mise (malgré des attitudes progressistes du roi Mohammed VI sur ces questions en comparaison aux autres pays du Maghreb), nous avons malheureusement été contraints de nous rabattre sur le hammam d’un palais des Mille et une Nuits (pauvre de nous !) où nous nous sommes fait chouchouter avec un excellent gommage au savon noir à l’eucalyptus 🙂

Voilà pour l’essentiel ! En conclusion et de mon point de vue, le Maroc semble être un pays qui a beaucoup à offrir en termes d’expérience de voyage, mais qui peut parfois nécessiter une bonne préparation ou un accompagnement pour en tirer le meilleur parti. Dans tous les cas, c’est un très bon rapport dépaysement/prix (merci Ryanair !). Si je devais y revenir, je pense que ce serait au travers d’un voyage un peu plus organisé, dans une région plus reculée ; un trek ou un raid pourraient ainsi être des alternatives intéressantes.

A plus !

Les toits près de la place Seffarine

Premier repas sur place

Les portes du palais royal de Dar el-Makhzen

Une des portes latérales du palais royal de Dar el-Makhzen

Une des portes latérales du palais royal de Dar el-Makhzen

Dans la rue Talaa Sghira

Quelque part près du mausolée de Moulay Abdellah

Jardin Jnan Sbil

Une ruelle traversante entre Talaa Sghira et Talaa Kebira

Le sandwich marocain à la viande à 10 Dh

Au musée Batha

Ruelle couverte vers Hay Amal Sidi Najjar, Meknès

Place Lahdim, Meknès

Street art vers Derb Zemouri, Meknès

Street art vers Derb Zemouri, Meknès

Suite principale du Palais Mokri

Suite principale du Palais Mokri

Riad El Fenn

Cours de cuisine avec Samira

Cours de cuisine avec Samira

Cours de cuisine avec Samira

Le thé en terrasse au riad El Fenn

Vue depuis la terrasse du riad El Fenn

Vue panoramique depuis la terrasse du riad El Fenn (clic pour agrandir)

Notre tajine à l’agneau, aux pruneaux et aux amandes

Vue depuis le riad El Fenn

Petit déjeuner muesli fruité au Café Clock

Un homonyme dans l’industrie de la torréfaction ?

Avec Zacharia, à Sefrou

Le minaret de la mosquée d’Oujloud

Minaret, vu de la terrasse du Café Clock

A l’Est, l’Algérie

Y’en a une qui fait le plein de soleil !

…et qui s’en met plein la panse. Oeufs à la berbère, boulettes kefta, hummus et tabouleh

Un voyageur néerlandais sorti de Mad Max

Retour à la maison : un essai d’oeufs à la berbère, dans mon tajine tout neuf

Lectures supplémentaires : « Imaginaire touristique et émotion patrimoniale dans la médina de Fès », Muriel GIRARD

J’aime les avions

Merci à Thieum pour la vidéo 🙂

J’ai fait un documentaire