La viande in vitro, est-ce encore la force ?

Bonjour !

Aujourd’hui, nous allons parler de viande! A la suite d’un article provocateur, publié en réponse à un billet de Ludivine traitant de la consommation de protéines animales, j’ai de nouveaux éléments de réflexion à vous apporter concernant la production et la consommation de produits carnés.

Mais commençons par un peu de littérature, avec un extrait d’un célèbre roman d’anticipation.

« L’élevage, cette horreur, avait également disparu. Elever, chérir des bêtes pour les livrer ensuite au couteau du boucher, c’étaient bien là des mœurs digne des barbares du XXème siècle. Le « bétail » n’existait plus. La viande était « cultivée » sous la direction de chimistes spécialistes et selon les méthodes, mises au point et industrialisées, du génial précurseur Carrel, dont l’immortel cœur de poulet vivait encore au musée de la Société Protectrice des Animaux. Le produit de cette fabrication était une viande parfaite, tendre, sans tendons, ni peaux ni graisses, et d’une grande variété de goûts. Non seulement l’industrie offrait au consommateur des viandes au goût de bœuf, de veau, de chevreuil, de faisan, de pigeon, de chardonneret, d’antilope, de girafe, de pied d’éléphant, d’ours, de chamois, de lapin, d’oie, de poulet, de lion et de mille autres variétés, servies en tranches épaisses et saignantes à souhait, mais encore des firmes spécialisées, à l’avant garde de la gastronomie, produisaient des viandes extraordinaires qui, cuites à l’eau ou grillées, sans autre addition qu’une pincée de sel, rappelaient par leur saveur et leur fumet les préparations les plus fameuses de la cuisine traditionnelles, depuis le simple bœuf miroton, jusqu’au civet de lièvre à la royale.

Pour les raffinés, une maison célèbre fabriquait des viandes à goût de fruit ou de confiture, à parfum de fleurs. L’association chrétienne des abstinents, qui avait pris pour devise : « Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger », possédait sa propre usine. Afin de les aider à éviter le péché de gourmandise, elle y cultivait pour ses membres une viande sans goût.

La Brasserie 13 n’était qu’une succursale de la célèbre usine du bifteck-frites, qui connaissait une grande prospérité. Il n’était pas une boucherie parisienne qui ne vendit son plat populaire. Le sous-sol de la brasserie abritait l’immense bac à sérum où plongeait la « mère », bloc de viande de près de cinq cents tonnes.

Un dispositif automatique la taillait en forme de cube, et lui coupait, toutes les heures une tranche gigantesque sur chaque face. Elle repoussait indéfiniment. Une galerie courait autour du bac. Le dimanche, le bon peuple était admis à circuler. Il jetait un regard attendri à la « mère », et remontait à la brasserie en déguster un morceau, garni de graines de soja géant, coupées en tranche et frites à l’huile de houille. La fameuse bière 13, tirée de l’argile coulait à flots. (…) »

Ravage, Barjavel, 1943

Ce passage de l’œuvre de Barjavel, dont l’action se déroule en 2052 (une époque pas si lointaine !), décrit les solutions technologiques mises en œuvre par l’homme pour solutionner l’une des grandes problématiques de l’élevage en la question de l’éthique. Bien que celle-ci soit loin d’être la seule posée dans notre monde réel contemporain, la solution abordée par l’auteur n’est pas sans nous rappeler quelques faits de l’actualité scientifique récente en matière de culture cellulaire et de production de viande in vitro. Pour vous mettre au point, voici quelques ressources à consulter:

La viande de culture est présentée dans ces documents comme attrayante de par la mise en avant de certains avantages écologiques, limitation des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités agricoles en premier lieu. Un point de vue plus global sur la question, proposé par Jean-François Hoquette de l’INRA Clermont-Ferrand et partiellement repris dans l’article du Figaro, a été proposé lors d’une conférence dont voici le diaporama :

Face à ces données et à des points de vue divergents sur les plans scientifiques (futur proche vs utopie), économiques (coût des produits finis) et environnementaux (gaz à effets de serre vs services écologiques), des évolutions des comportements alimentaires des pays du Sud, et dans un contexte de limitation nécessaire du développement des activités d’élevage sur le long terme, nous pouvons nous attendre à ce que la viande in vitro fasse encore parler d’elle.

Celle-ci, plus saine dans la mesure où elle sera de composition chimiquement et biologiquement déterminée, mais paradoxalement plus dangereuse tant que sa biologie moléculaire ne sera pas parfaitement élucidée, connaîtra-t-elle un développement technologique de ses méthodes de productions impulsé par une demande mondiale en produits carnés impossible à satisfaire de manière raisonnable par l’élevage ? Serait-il au contraire plus intelligent de limiter ces démarches biotechnologiques afin de promouvoir les productions végétales, moins gourmandes en ressources et en surfaces, et d’orienter ainsi un changement des comportements alimentaires vers un quasi-végétarisme ? Est ce que les recettes du black metal vegan chef nous sauveront tous d’une crise alimentaire certaine ?

Tant de questions… amis végétariens, carnivores et autres omnivores, j’attends vos avis !

A très bientôt !

1 réflexion au sujet de “La viande in vitro, est-ce encore la force ?”

  1. Idée de Barjavel a été aussi reprisse dans le cycle des fondations chez Asimov. il y décrit un monde ou les aliments sont produit dans des fermes industrielles ou on y fait pousser des champignons aux multiple saveurs. Il s’y cultive des champignons de grande qualité pour les riches, des moins bon, pour les pauvres.
    Comme quoi l’idée de s’affranchir de la contrainte de la production séduit pas mal de délires d’auteurs de science-fiction. Au-delà du scepticisme quand de l’existence d’un tel futur, il faut avouer que ce concept se rapproche trop (à mon gout) des théories Transhumanistes, comme quoi l’humain doit se libérer de sa condition naturel pour devenir parfait : beau puissant intelligent etc… La bêtise de ces théories c’est déjà, de ne pas comprendre que ce qui fait notre intelligence notre beauté c’est avant tout notre environnement social et pas le développement de notre corps, car l’homme dans son enfance acquière des capacités grâce à ce qui l’entoure et pas uniquement ses gènes ou je ne sais quel prothèse technologique.
    De même, la contrainte de la production agricole: ces fameuse chaines que l’on devrait supprimer, comme elles sont notre environnement (puisque l’on doit vivre avec) façonnent un humain particulier, qui ne serait pas du tout le même si on supprimerait ces contraintes (pareil d’ailleurs si elles venaient à être modifié).
    Le problème ce n’est pas de savoir si l’homme est libre ou pas, mais bien de savoir quel est cet humain que l’on veut créer avec cette façon particulière de s’alimenter. Quelle est cette carte postale d’un alpage sans vache ni mouton.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :