Le mot de Jay

Blog d'un ingénieur agronome

Tag: musique

Twa kilti !

Coucou! Alors aujourd’hui, le clip d’un français d’origine viet’ qui chante en créole guadeloupéen. Ça ne pouvait pas mieux tomber, et ça met de bonne humeur! 🙂

Musica de Calèna

Hello ! Je ne fais que passer et je profite des fêtes de fin d’année pour faire découvrir ou redécouvrir cet album du Corou de Berra à la thématique de saison, qui est comme d’habitude vachement chouette. Un élément de plus à rajouter à l’article sur Sainte Barbe et Calèna ! Voila voila. A très bientôt !

Biologeeks ep.2

Salut!

Certains vont dire que je ressors des vieux trucs des cartons avec un article comme celui-là, mais peu importe. Voici quelques lignes que j’avais publiées il y a maintenant deux ans de cela dans le numéro 4bis du Canard Déplumé, la gazette du BDE Bio. Ça traite de musique, alors allumez vos haut-parleurs et montez le volume !

Avec le progrès des neurosciences, un grand nombre d’études menées ces dernières années s’accorde à dire que la musique possède une réelle influence sur l’activité cérébrale. Par exemple, la diffusion de certains morceaux de musique classique durant le développement de l’enfant contribuerait à une augmentation temporaire de ses facultés cognitives (Rauscher, in Nature vol. 365).

De son côté, le professeur Daniel Levitin, de l’Université Canadienne de McGill, a été jusqu’à dresser une liste de recommandations musicales en fonction de tâches particulières, comme l’exercice, la relaxation, la romance ou la cuisine. Mais force est de constater qu’il n’existe pas de playlist réservée à l’étude de la biologie. Damnation !

Heureusement, au BDE, on a l’oreille fine et on est là pour vous proposer une sélection en forme d’histoire compatible avec une activité de révision, de recherche en biologie, et de domination mondiale.

Partie I :

Réveillez tout d’abord le chercheur qui est en vous grâce aux beats entêtants de Telepopmusik. Constatez l’avancée de vos recherches, de la rédaction de votre publication et de ses éventuelles retombées à travers la mélodie de « Still alive », et réjouissez-vous un bon coup dans votre labo sur le rythme des Dandy Warhols. Juste après ça, vous tombez malheureusement sur un article accablant concernant l’écologie,  et l’étendue des dégâts provoquées plus ou moins directement par la main de l’Homme. Vous pensez à cette citation d’un certain Mickey 3D, « Quelquepart assassin, ici bien incapable ». Indignez-vous un bon coup sur les guitares de S.O.A.D.

  1. Genetic World – Telepopmusik – Genetic World (2001)
  2. Still Alive – Valve Software – Portal (2007)
  3. Scientist – The Dandy Warhols – Welcome to the monkey house (2003)
  4. Science – System of a Down – Toxicity (2001)

Partie II :

Après avoir ragé un bon coup, vous vous affalez sur votre fauteuil, respirez profondément, et vous mettez à repenser, réfléchir au vrai sens de la vie, ainsi qu’aux origines du vivant. La formation de la Terre, son refroidissement, son ensemencement et sa soupe primitive à la sauce Meat Beat Manifesto, à partir desquelles les premières cellules de la piste « Cells » transporteront depuis les tréfonds des origines de la vie une grande quantité d’une information génétique mystérieusement inutile mise en musique par Apparat. L’évolution fera ensuite son oeuvre au fur et à mesure des contraintes physico-chimiques (« Physical fraction », « Oxygène (Part II) ») jusqu’à atteindre un fragile équilibre entre monde minéral et les différents règnes du vivant, dépeint par les chansons de Roudoudou, Morcheeba, Pilote, et Röyksopp.

  1. Prime audio soup – Meat Beat Manifesto – Actual Sounds + Voices (1998)
  2. Cells – I Monster – Neveroddoreven (2003)
  3. Useless information – Apparat – Walls (2007)
  4. Physical fraction – Trentemöller – The last resort (2006)
  5. Oxygène (Part II) – Jean-Michel Jarre – Oxygène (1976)
  6. Sodium sonet – Trash80 – Icarus (2008)
  7. Peace and tranquility to earth – Roudoudou – Tout l’Univers (1998)
  8. Riverbed – Morcheeba – Dive deep (2008)
  9. The turtle (Bonobo mix) – Pilote
  10. Alpha male – Röyksopp – The Understanding (2005)

Sources:

Ez3kiel / Hint Collision tour

Hello !

Ce vendredi, j’étais avec Alice, Renaud et Chris au concert « Ez3kiel + Hint + V13 » au théâtre Lino Ventura. L’université nous ayant offert les places dans le cadre de son service culturel, et connaissant Ez3kiel via leur dernier album, Battlefield, j’y ai entraîné les trois zozos précités.

Je ne prétend pas être un musicologue ou ingé son, pardonnez-moi donc par avance si je me sers d’une terminologie inadaptée. J’essaie juste de m’exprimer au mieux afin de donner mon avis sur le gros conglomérat audio que c’était.

Le concert débute avec le groupe V13, dont on devine l’engagement des chansons par la compréhension de quelques mots seulement – les autres étant recouverts par le bruit, scandés bruyamment parmi un flot incessant de fréquences électriques saturées. On devine aussi le malaise dont traitent les chansons par le jeu scénique du chanteur – tête baissée, s’approchant du public avec un air mi-perdu mi-dérangé, s’écroulant et chantant à genoux – dont la voix criée vaut dix fois celle présente sur les chansons du MySpace du groupe. A vrai dire, je ne suis pas personnellement fan de ce rock noise français engagé.

Avec les bosniaques de Vuneny, on se rapproche un petit peu d’un univers musical auquel je suis habitué, avec des sonorités clairement électro-industrielles. Cependant, le jeu de scène entre les deux deejays est inexistant, et le jeu au sampler, bien qu’efficace sur le plan musical, est décidément froid, et les instruments manquent sur scène… Au final,  je ne sais pas si ce genre musical, pouvant sembler répétitif à la première écoute, se prête au live. Ici encore, beaucoup de décibels et de fréquences superposées pour un rendu sonore très lourd, où les fréquences deviennent quasi indiscernables les unes des autres. Ce qui n’est plus vraiment le cas lors de l’écoute à la maison sur bon casque, où le rendu est légèrement différent, plus clair dans les aigus.

Enfin, les lux s’ajoutent aux watts sonores avec EZ3kiel/Hint. Dès le début de show, on sent bien que ce sont eux qui mènent l’évènement. Intro world music mystique, éclairages au travers de luminaires vintage, et enchaînement de morceaux tenus par une armée de guitaristes, bassistes, double percussions, cuivres et synthés. Les morceaux d’Ez3kiel sur lequel j’avais mes repères modifiés pour les besoins du crossover ne sont pas désagréables ainsi, lorsqu’ils ne sont pas joués tels quels et sont alors bluffants. En fait, Ez3kiel en concert, ce n’est rien de moins que de la puissance sortant par des haut-parleurs sous forme d’onde sonore. Et là encore, ça fait beaucoup de bruit. Lors du rappel, le groupe a le culot de jouer Firedamp, histoire de mettre une grosse baffe grindcore dans la gueule de tout le monde avant de s’en aller. Mais le chanteur n’ajoute pas le petit effet de voix rappelant une gorge déchiquetée si agréable à entendre sur la fin de sa piste. Petite déception compensée par une gueulante et un headbang général. Ici, je ne pense cependant pas que ce concert soit représentatif de la sensibilité (au sens premier) du groupe, et je vous invite à écouter l’album « Battlefield ». Mais si vous voulez vous faire un avis rapide du concert, je vois invite à mater cette petite vidéo.

Cette performance a donc bien porté sa qualification d' »electro noise ». Mais, même si je ne suis pas là pour faire mon vieux jeu, je me pose des questions concernant le volume sonore utilisé. Même si je suis un partisan du point de vue de Jimmy Hendrix (« les gens doivent ressentir physiquement le son ») et de l’écoute à haut volume (il faut bien avouer que ça relève parfois du jouissif), j’ai du mal à définir si le flot continu de basses et moyennes fréquences ayant été joué fait bel et bien partie de ce qui a voulu être exprimé, ou dépend juste des limites de la perception sonore humaine…

Du coup, je me réécoute mes albums préférés avec mon casque adoré, et je pense prévoir des boules quiès pour mon prochain concert, Bonobo. Mais je ne me fais pas trop de souci pour cette fois-ci, un concert électroacoustique étant à priori plus délicat 🙂

Plus d’infos sur le concert : site du TLV

  • Jérémy Lavarenne

    Ingénieur agronome et doctorant en biologie des systèmes, je suis à mes heures perdues un internaute averti, ainsi qu'un biologeek définitivement atteint.

    Retrouvez-moi sur ces réseaux :
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Suivez-moi sur Twitter !

  • Archives