Piou piou ?

Hello,

Avec madame, on aime bien s’amuser avec BirdNET pendant nos randos. Pour ceux qui ne connaitraiant pas, BirdNET c’est un peu le Pl@ntNet des chants d’oiseaux. On enregistre un gazouillis, et hop, le fichier audio part sur les serveurs de l’université Cornell pour permettre l’identification de l’espèce. Le côté sciences participatives est certes moins évident au premier abord que Pl@ntNet, mais au final on s’y retrouve, dans la mesure où ça reconnaît plutôt bien les chants des différentes espèces et que ça nous permet d’en apprendre un peu plus sur les volants qui nous entourent.

Toujours est-il qu’avec un smartphone classique, la qualité et la sensibilité du micro peuvent parfois laisser à désirer. Du coup, ça m’a rappelé mon enfance et ces catalogues de jouets dans lesquels il y avait un gadget que je trouvais super cool mais que je n’ai jamais demandé au Père Noël : le micro espion (toujours dispo chez Eveil et Jeux pour 17 balles), qui grosso modo est une parabole et un micro en son point focal (sauf celui de Eveil et Jeux qui vu la position du micro ne doit finalement pas si bien fonctionner). L’idée est loin d’être nouvelle, comme l’explique l’ornithologue Gérard Olivier sur son site internet concernant le matériel d’enregistrement des chants d’oiseaux.

Du coup, vu qu’on était aujourd’hui dans un coin avec plein d’oiseaux mais aussi quelques humains bruyants, et qu’il s’avère que j’ai sous la main un micro shotgun que j’avais utilisé pour filmer notre documentaire sur le pilou, je me suis dit : « tiens, mais pourquoi ne pas lui donner une seconde vie en micro espion d’ornithologue amateur ? » Le hack du dimanche, c’est donc de fabriquer une petite parabole aux dimensions du micro, pour pouvoir l’utiliser branchée sur un smartphone qui fait tourner BirdNET 🙂

Disclaimer : je ne suis pas ingénieur du son, donc soyez indulgents. Merci 🙂

Ok donc le premier objectif, c’est de pouvoir utiliser mon micro sur un smartphone. La bête en question est un Takstar SGC-598, un micro pré-amplifié d’entrée de gamme populaire chez les vidéastes amateur d’il y a quelques années. Pour moi c’est vraiment de la récup, mais si vous voulez faire tout pareil ça se trouve en occasion sur LeBonCoin pour 20 brouzoufs, ou neuf sur Amazon pour un peu plus cher – à mon avis y’a maintenant beaucoup mieux pour moins cher. La connectique est standard, avec une prise mini-jack stéréo. Cependant pour l’utiliser en entrée sur un smartphone, la première chose à faire est de se procurer un convertisseur CTIA vers mini-jack, qui permet de séparer les quatre bornes des fiches femelles de nos téléphones en une entrée mini-jack mono pour le micro, et une sortie mini-jack stéréo pour un éventuel retour. Comme présenté dans la vidéo ci-dessous, rien de trop compliqué jusque là, et ~5€ sur Amazon.

La seconde étape, c’est de se fabriquer une parabole rigolote pour ledit microphone. Tout d’abord, que nous dit la fiche technique du micro ? Que c’est un microphone cardioide, ce qui signifie qu’il sera plus sensible au signal provenant en face qu’à l’arrière de lui. On remarque également sur sur diagramme de directivité que son atténuation latérale n’est pas très importante, ce que l’on cherchera à mettre à profit avec la parabole.

Etant donné la configuration du shotgun, on cherchera donc à dessiner une parabole qui se positionnera à sa base, et dont le point focal sera à 4cm, de manière à mener les sons au milieu de la grille du micro. Côté diamètre, on ira au maximum possible, les limites étant fixées par la surface imprimable en 3D, soit 20 cm. Pour dessiner tout ça correctement sous Fusion 365, je tombe sur un thread Reddit qui fournit quelques indications pour dessiner des paraboles correctes étant donné ces paramètres. On prévoit une épaisseur assez faible pour un premier essai, de l’ordre du millimètre, histoire de ne pas perdre trop de temps et de plastique. Il ne reste plus qu’à prévoir le perçage pour le corps du micro, et on bascule dans Cura pour préparer l’impression. Je prévois d’imprimer ça en PLA basique, avec un support réduit à 5% de densité. J’ai aussi du changer des réglages pour diminuer la taille du skirt afin que le slicing puisse se faire dans les limites imposées par mon imprimante, une Ender 3 pro.

Quelques heures plus tard, et un peu comme attendu, la parabole est trop fragile, et je n’ai pas prévu les tolérances nécessaires pour retirer le support de manière correcte. Du coup, je monte le tout sur le micro, et dans l’attente du câble ça suffira pour un premier essai. Les performances du micro ne sont de base pas très bonnes, et les propriétés acoustiques du PLA, notamment la réflection sonore, ne sont pas folles. A noter que ces perfs sont fonction de la densité du matériau, laquelle est dans le cadre d’une impression 3D volontairement faible pour minimiser les temps d’impression, au travers d’une stratégie de structures alvéolaires.

Le résultat est plutôt rigolo, reste à voir ce que ça donnera à l’usage !

Je ne mets pas les fichiers du modèle en ligne car c’est vraiment du quick and dirty, et aussi parce que vous trouverez chez les copains makers de Thingiverse plusieurs autres références pour des microphones paraboliques :

Voilà en bref, je mettrai à jour mes observations en fonction 🙂

A plus,

J.

Frénésie de pièges photographiques : BST886-4G

Hello !

Je passe en coup de vent pour consigner des notes de test de la caméra BST886-4G en provenance directe du fabricant BSTCAM (Shenzhen Qin Rui Technology Co., Ltd.), qui pourraient être utiles à d’autres amateurs. Comme d’habitude chez ces fournisseurs chinois, c’est moins le matériel que le manque d’informations pour le faire fonctionner correctement qui pêche. Du coup, en complément du manuel d’utilisation, voici de quoi aider au paramétrage et à l’utilisation de cette caméra.

Mais tout d’abord, je ne peux résister à l’idée de vous diffuser cette petite vidéo d’introduction, particulièrement pour son accompagnement musical :

[insérer ici du jazz d’ascenseur]

En plus du manuel d’utilisation (lien vers le fichier .pdf sur le site du constructeur | fichier .pdf autohébergé), voilà ce que je peux noter concernant la BST886-4G :

Formatting is love, formatting is life : de manière générale, les pièges photographiques semblent assez sensibles aux corruptions sur les systèmes de fichiers des cartes SD, et cette caméra n’échappe pas à la règle. Du coup : ça plante sans raison ? Un formatage et ça repart ! Et si ça ne repart part, essayer avec une autre carte mémoire, éventuellement de classe différente, peut être une bonne idée.

Pilotage par SMS : cette BST886-4G a pour gros avantage de pousser très loin le système de commande par texto. Là où d’autres caméras utilisent les textos pour échanger des informations sommaires et être déclenchées à distance, la BST886-4G peut être entièrement paramétrée par ce biais. Du coup, à moins d’un plantage, pas besoin de faire le déplacement pour la retirer de son perchoir et en modifier les réglages. Les codes sont relativement bien expliqués dans le manuel, mais pour faciliter la chose le constructeur a pensé à tout, et propose une application smartphone qui s’occupe d’enregistrer les numéros de SIM de différentes caméras, et d’encoder en texte les paramètres sélectionnés dans des menus avant d’envoyer les commandes. De fait, la manière la plus facile de paramétrer cette caméra est encore de télécharger l’application du constructeur.

Pour Android : lien vers le fichier .apk sur le serveur BSTCAM | fichier .apk autohébergé
Pour iPhone : lien vers Apple Store

Pour que les commandes texte fonctionnent, il faut cependant que le numéro de l’administrateur soit paramétré, et cette procédure n’est pas correctement documentée dans le manuel. Le plus simple pour cela, une fois une SIM fonctionnelle en place et la caméra sur ON, est de démarrer l’application, créér une caméra (pour laquelle on indiquera le numéro de téléphone de la SIM), puis on ira dans le menu « Advanced settings » et « Set Master’s Number ». On entre le numéro de téléphone maître, au format standard 06xxxxxxxx, et on indique le mot de passe 6868 (ouais c’est étrange mais c’est comme ça). Si ça fonctionne, après l’envoi de la commande texte, la caméra devrait renvoyer une réponse sympa accusant réception de l’identifiant du maître, et il devrait être possible de faire tous les réglages depuis l’application.

A noter que lorsque la caméra est en batterie faible (approx. 4,5V ou 30%), la fonction de commande par SMS est automatiquement désactivée. Il faut alors la réactiver manuellement pour pouvoir reprendre la main à distance sur la machine.

Les instructions pour cette procédure sont exposées en anglais dans la vidéo ci-dessous :

Timelapse : pour les amateurs de séries de photos, indiquer un délai de timelapse dans les paramètres déclenche bien la prise de photos selon les paramètres souhaités. Au cas où les photos soient bien prises (présentes sur la carte SD) mais non envoyées ni par mail, ni par MMS, ni par FTP, on vérifiera que la limite du nombre de photos envoyées est bien réglée sur Unlimited.

Working hours : cette caméra dispose d’un système de planification des horaires d’allumage fonctionnel – si je précise, c’est que ça n’est pas le cas sur toutes les caméras qui le mettent en avant. Avec un essai réalisé à 17h30 pour une période de working hours entre 17h35 et 17h50 en mode timelapse 5 minutes, la caméra a bien démarré à l’heure prévue et pris ses photos à intervalle réguliers avant d’envoyer la dernière à 17h45.

Dimensions des photos : cette caméra procède à l’acquisition des images selon, au choix, trois résolutions différentes, et les images sont enregistrées en plein format sur la carte SD. Lors de l’envoi des images cependant, il existe trois options de taille (low, normal, high), qui permettent de faire varier la résolution des images transmises. Cette résolution n’étant pas précisée dans le manuel, le tableau ci-dessous précise les dimensions des images reçues.

8M14M32M
low320 x 240320 x 240320 x 240
normal800 x 600800 x 600800 x 600
high1600 x 12004320 x 32407000 x 5252

Transmission des clichés: lors de l’envoi des photos par le protocole SMTP, on prendra soin de bien définir le protocole de sécurité utilisé par le serveur mail. Si le paramétrage est fait « à l’ancienne » par le biais du fichier de configuration à déposer sur la carte mémoire dans ./GSM/BST886.txt, le champ SSH est à laisser vide si utilisation du port 25, à remplir avec 1 si utilisation du port 465 (SSL), et par 2 si utilisation du port 587 (TLS). A noter sur mes adresses mail de test Gmail qu’il semblerait que les options SSL que l’on peut transmettre à partir de l’application ne permette pas de de paramétrer correctement une adresse Gmail ; il faut alors passer manuellement une commande texto qui remette l’option SSL nulle par défaut, du coup à la place d’une commande de type #s#adressemaio@gmail.com#motdepassegmail#465#nomdel'APN#smtp.gmail.com###1# il faut mettre un #s#adressemaio@gmail.com#motdepassegmail#465#nomdel'APN#smtp.gmail.com#### car retirer l’option 1 pour la sécurité remet la valeur par défaut qui semble fonctionner. A noter également que le nombre de photos envoyées par mail sera égal au nombre de photos dans le photo burst ; autrement dit avec un burst à 4, lors d’un déclenchement (par le détecteur de mouvement, par commande SMS ou par le délai timelapse), 4 photos seront prises et transmises dans un seul mail ; problème par rapport à ça : si le poids des pièces jointes est trop élevé le mail ne partira pas, et je n’ai pas identifié si le seuil est codé en dur dans le firmware ou lié à la boîte mail ; dans mon cas il faut alors régler l’option de taille en « normal » pour qu’un burst à 6 photos passe par exemple. Pas de SFTP : le protocole est seulement accessible dans la version OEM de la caméra, désolé 🙂

Essais de capture vidéo : réalisés en mode timelapse 5 min, avec un format VGA, et 5 secondes de capture ; je note que quand on passe une commande texto #T#E#, la nature de la capture dépendra du mode d’utilisation en cours. Du coup, si la caméra est paramétrée en mode photo, on recevra une photo, et une vidéo en mode vidéo. A noter que l’email transmis suite à la capture vidéo ne fournit pas d’information sur le niveau de charge restant. Également, la vidéo produite contient une incrustation de l’heure.

Mesure de température : on pourrait se dire que la température affichée sur les photos n’est pas bonne, mais après un essai rapide d’une demi-journée à l’ombre, on constate que la température fournie est assez précise et relativement peu biaisée (R² = 0,91 et erreur moyenne = -0,1°C sur 30 points sur une plage entre 14 et 34°C). D’ailleurs, on aurait bien aimé que cette valeur soit transmise au format texte dans le mail de réponse !

Le mercure contre l’électronique, le choc des titans

Alimentation et autonomie : il est précisé dans le manuel qu’il est possible d’alimenter la machine avec 8 ou 12 piles AA, cependant il n’est pas indiqué comment placer les 8 piles dans le compartiment pour que ça fonctionne. Heureusement, cette information est fournie indirectement par le constructeur dans la vidéo YouTube de présentation de l’application de paramétrage : les 8 piles doivent être placées du côté gauche du compartiment, 4 en partie haute, et 4 en partie basse. Les 12 piles seraient en réalité réparties en trois blocs de 4, ce qui ferait alors trois blocs de 6V montés en parallèle (nota : en pratique, la caméra démarre aussi sur un seul bloc soit 4 piles, mais je ne donne pas cher côté autonomie). On comprend alors pourquoi le fabricant ne recommande pas l’utilisation de piles rechargeables, qui sont généralement à une tension nominale de 1,2V, ce qui monterait alors la tension de chaque bloc à 4,8V. Concernant la tension en entrée, le manuel stipule que la caméra peut fonctionner dans un intervalle de 5 à 12V DC ; on comprend alors pourquoi des blocs de 4,8V seraient insuffisants. Concernant l’autonomie : le stand-by current annoncé est de < 0,2 mA soit < 6 mAh/jour. Avec 8 piles AA alcaline de merde (marque premier prix Casino), j’ai commencé mes essais sur un jeu de batteries fraîches le 07/04 vers 15h30. Et jusque là, même si on n’est pas sur la durée et que les conditions climatiques sont clémentes, je dois dire que ça me semble plutôt pas mal tenir le coup sur la quantité, avec au moins 370 photos envoyées pour un total de ~870 Mo, et des photos de nuit avec le flash IR activé. A noter sur le graphique un petit rebond de voltage des piles lorsque j’ai basculé d’un mode timelapse 5 minutes à 30 minutes, ce qui semble avoir eu pour effet de soulager les batteries.

A voir donc sur la durée, avec des piles hautes performances, et une douzaine d’entre elles, mais à termes je serais intéressé par expérimenter avec des blocs batterie reconfigurés et améliorés pour une utilisation d’accus. On peut par exemple envisager de recâbler en deux blocs de 6 emplacements soit deux packs de 1,2 x 6 = 7,2V. C’est un bricolage qui me semble d’autant plus facile que la barrette du compartiment piles peut être dévissée facilement.

Sur la barrette de brassage des blocs piles, on identifie bien les ponts qui composent les circuits des trois blocs

Mise à jour du 29/05/22 : Toujours sur la partie alimentation, j’ai acheté des piles rechargeables NiMh (du basique, hein, genre Amazon Basics 2400 mAh), mais malheureusement et comme attendu, leur voltage plus faible a fait que la caméra s’est assez rapidement mise en mode hors batterie.

Du coup, pour le fun et essayer, je me suis procuré sur Aliexpress (via l’un des distributeurs des infâmes caméras Suntek) un petit panneau solaire spécial caméra de chasse, qui est en fait un boitier intégrant à la fois une batterie lithium et un petit panneau solaire pour la tenir chargée. Je l’ai trouvé pour ~17€ frais de port inclus, et plutôt bien emballé avec tous les accessoires de fixation qui vont bien. Mais en voulant commander un deuxième exemplaire de la même référence il avait augmenté à plus de 30€. J’ai trouvé quelque chose qui semble très similaire, si ce n’est identique, sur une autre boutique (qui semble aussi être un des distributeurs Suntek), pour un prix équivalent à ma première commande ; je suppose donc qu’il y a un système de promotions tournantes sur cet article.

Bref, pour me faire une idée, j’ai installé ça en situation réelle, sur un setup surveillant l’accès à un terrain isolé, et jusque là ça me semble plutôt satisfaisant : après une semaine avec une dizaine d’envois d’e-mails par jour, le niveau de batterie affiché par la caméra est en permanence à 100%, ce qui veut dire que la charge fournie par le panneau (d’une taille assez toute limitée et installé dans un arbre donc suboptimal question exposition) est suffisante pour compenser la consommation de la caméra. Pour référence, en étant branchée sur une alimentation secteur mesurée à 12,05V de tension, l’affichage est à 70%. J’avais aussi un peu peur qu’en ayant la caméra branchée pour le setup, et devant a débrancher pour refermer le boîtier pour la rebrancher, ça mettrait en l’air la configuration, mais on dirait que ça fonctionne plutôt bien que de brancher la caméra à l’alimentation électrique alors qu’elle est en mode ON sans passer par le basculement de l’interrupteur en mode SETUP. Cela étant dit, je n’ai pas poussé la caméra à la consommation : je pourrais pousser l’acquisition de photos en activant le timelapse 5 minutes histoire de voir si ça tient le coup, mais meh, la flemme 🙂

Mise à jour du 31/05/22 : bon bah la batterie vient de rendre l’âme sans crier gare, comme quoi ça ne chargeait peut être pas aussi bien que ça 🙂 Affaire à suivre.

Mise à jour du 06/07/22 : j’ai commandé un second panneau de ce genre pour faire des essais directement chez moi sur mon balcon ; en exposant la chose approx. vers le SO à 45°, après charge complète cette machine n’a permis à la caméra de survivre que du 20/06 au 04/07 à raison d’une photo toutes les 8 heures. En somme j’ai des doutes sur les capacités réelles de charge de ce panneau.

Voilà dans l’ensemble. Je complèterai cet article en fonction.

A plus !

J.

J’aime les avions

Merci à Thieum pour la vidéo 🙂

C’est le début de la saison médiéviste en Occitanie !

La marche du chercheur

March For Science – Montpellier, ce samedi 22/04/2017. Pour en (sa)voir plus : ici, ici et .