Le mot de Jay

Certifié d'origine par un organisme indépendant

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir (ou pas) sur le piment !

5 commentairesLaisser un commentaire →

  1. Intéressant, merci.

    A propos du « gaz au poivre » et de la fameuse échelle de Scoville, voir aussi ce post en anglais sur le blog de PLoS :
    http://blogs.plos.org/speakeasyscience/2011/11/20/about-pepper-spray/

    (contexte : il y avait eu une répression forte de manif étudiante à UC Davis, voir http://toutsepassecommesi.blogspot.com/2011/11/indignes-gaz-au-poivre-et-prof.html et http://tomroud.cafe-sciences.com/2011/11/21/la-vraie-autonomie/)

    Répondre
  2. Quid de l’anus qui brûle? ce sont les mêmes récepteurs que ceux de la langue? 😛

    Répondre
    • Jay

       /  30 mai 2012

      @MRR: Merci pour votre retour, j’avais entendu parler de la polémique en question…
      @Mathgon: Voilà une problématique scientifique qu’elle est bonne! Heureusement que l’INRA Clermont est dans la place 😉 Pour avoir cherché sur les Internets, il semblerait que le piment soit une cause possible en même temps qu’un remède au prurit anal… Une cause probablement à cause des effets localement irritants de la capsaïcine dans le cadre d’une métabolisation incomplète, et un remède lors de l’utilisation de ladite molécule sous forme de crème (Lysy et al., 2003). Cela dit, s’il y a un proctologue dans le coin, je suis preneur!

  3. galanga

     /  9 août 2012

    Très intéressant, et l’humour léger est très bien fait.
    Je savais déjà (je suis un Réunionnais curieux) pour la capsaïcine et le caractère protecteur contre les bactéries du piment, mais pas du tout cette explication de la protection contre les champignons. Bien content d’être moins bête.
    Pour la capsaïcine, j’ai lu aussi que son adoption (en piments) dans les pays chauds serait aussi dû à sa capacité à favoriser la transpiration. Cela permettrait de réguler la température du corps soumis à un climat très chaud (ça marche dans les zones où bien sûr on ne crève pas de soif).
    Pour l’effet sur l’anus et plus généralement le tube digestif, j’ai aussi lu que le piment était utilisé « traditionnellement » (du moins depuis que les Portugais l’on propagé) dans certains pays d’Asie contre les maux d’estomacs. Mais je ne sais pas si l’effet est scientifiquement prouvé (en dehors de la pommade sus-mentionnée).
    J’avais lu dans ma prime jeuness (Science et Vie, un vieux) que le piment ne fait pas de mal en tout cas à l’estomac, pas de « trous », juste une rougeur, voire au contraire il protège l’estomac en favorisant les sécrétions. Contrairement à l’aspirine qui fait des « trous » dans l’estomac/tub digestif. Il y a par exemple ce post qui parle de quelque chose de similaire : http://www.jydionne.com/route-des-epices-les-piments/

    P.S. : vraiment bien ce truc de Strip Science, on navigue entre plusieurs blogs bien intéressants. Je me demande quel goût ça peut avoir, du steak de Mégathérium au piment…

    Répondre
  4. Marc

     /  23 octobre 2017

    Actuellement au Mexique, je vis ma première journée post soirée pimentée. Vous comprendrez pourquoi je suis venu faire un tour sur ce site… Moi-même scientifique de formation, j’apprécie énormément ces explications et l’effort de vulgarisation. Super boulot! Merci beaucoup! 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

  • Jérémy Lavarenne

    Ingénieur agronome et docteur en biologie des systèmes, je suis à mes heures perdues un internaute averti, ainsi qu'un biologeek définitivement atteint.
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Suivez-moi sur Twitter !

  • Archives